• L'animal du mois...

    Dans cette rubrique, vous allez connaitre (à 100%) un nouvel animal chaque mois...

    Bon apprentissage !

  • Sur les pas des plus grands mammifères terrestres...

    LES ELEPHANTS


     

     

    Sa famille

    Il existe 3 espèces d'éléphants (dont une vivant en Asie et les deux autres en Afrique) :

    • L'éléphant d'Asie : Elephas maximus ; il est légèrement différent de son cousin d'Afrique. Ses défenses et ses oreilles sont plus petites tandis que sa peau est plus lisse. Il est ainsi de taille moins grande.
    • L'éléphant de savane d'Afrique : Loxodonta africana ; Le plus grand, c'est celui que tout le monde connaît avec ses défenses courbées et ses grandes oreilles...
    • L'éléphant de forêt d'Afrique : Loxodonta cyclotis ; Il est de taille plus petite que son cousin vivant en savane mais plus grande que son cousin d'Asie. Ses défenses ne sont pas beaucoup courbées et ses oreilles ne sont pas aussi rondes que ses congénères.

     

     

     

    JUIN : L'éléphant

     

    A quoi ressemble t-il ?

    Ce plus grand mammifère terrestre vivant est connu pour sa curieuse forme nasale : sa trompe. Elle lui sert à respirer, à caresser, à aspirer l''eau, et comme outil pour attraper les feuilles des arbres... Sa grande tête est allégée par beaucoup de cavités dans l'os du crâne et porte de grandes oreilles qui font la taille d'un homme. Celles-ci remuent tout le temps, soit pour se rafraîchir soit en signe d'alerte soit nerveusement.

    L'éléphant a aussi deux défenses. Ce sont ses incisives supérieurs très développées se trouvant de chaque côté de la trompe. Elles sont composées de dentine, de cartilage et de sels de calcium. Malheureusement, elles lui valent d'être traqué sans relâche par les trafiquants d'ivoire qui en font des bijoux (etc) coutant très cher.

    Ses pattes longues comme des colonnes ont des doigts non visibles de l'extérieur et sont munies de coussinets au bout : c'est pourquoi l'éléphant a une démarche plantigrade. Sa peau grise et rugueuse est épaisse de 2 cm, et lui a donné le nom de « pachyderme ». Elle est recouverte de poils hirsutes et très raides qui sont plus drus sur la tête, la queue et le menton. Sa queue d'environ 1 m lui sert de chasse-mouche ! 

     

      Le saviez-vous ?

    Les éléphants d'Afrique ont des défenses incurvés vers le haut qui servent à remuer la terre riche. Ils peuvent donc se fournir en minéraux, en s'aspergeant par exemple de boue. Ils abattent parfois des arbres et modifie ainsi leur environnement.

     

     

     Sa vie...

    L'éléphant mange près de 160 kg de nourriture par jour accompagnée de sel, dont il a besoin. Ainsi, il parcourt environ 20 000 km par an, au cours de ses migrations. Malgré un vue mauvaise, il a une excellente mémoire et emprunte toujours le même chemin, en file indienne, à une allure de 4 à 6 km/h. Attention, il peut charger à une vitesse de 40 km/h. C'est un animal intelligent, capable de résoudre des problèmes : une femelle a soulevé son petit avec sa trompe pour franchir une barrière électrifiée. Il ressent aussi des émotions et peut pleurer : plusieurs éléphants domestiqués et maltraités ont été observés en train de pleurer de douleur et de tristesse.

     

     

    ...en groupe

     L'éléphant vit en groupe familial dirigé par la femelle la plus âgée. Au sein d'une troupe se rassemblent des femelles et leurs petits. Un éléphant atteint sa maturité sexuelle à 12 ans, et une femelle donne naissance à un seul petit tous les 5 ans au bout d'une gestation de 20 à 22 mois. Les mâles, à part, solitaires, se retrouvent parfois en bandes. Ils rejoignent les femelles à la période de reproduction. Dans le groupe, les relations entre membres sont profonds : on défend ses compagnons blessés, on s'occupe du nouveau-né... Les éléphants communiquent à l'aide d'une riche gamme de signaux. Les femelles émettent des ultrasons qui s'entendent à plusieurs kilomètres à la ronde pour dire qu'elles sont libres (sexuellement).

     

    Mis en danger par du commerce

    Présent dans 37 Etats africains au sud du Sahara, l'éléphant est réparti sur une surface de 3,3 millions km2, c'est-à-dire 22% du territoire africain. Seul un tiers est protégé à l'aide de parcs nationaux. En 1970, on comptait 1 300 000 individus mais malheureusement aujourd'hui, il n'en reste que 473 000. C'est à cause du commerce d'ivoire que la population de l'éléphant diminue de plus en plus vite. Il s'est beaucoup développé entre 1970 et 1980 ; par exemple, en 1979 ce sont 4000 t d'ivoire qui ont été envoyées vers Hong Kong pour 400 000 éléphants tués. De l'ivoire en commerce est appelé de l'or blanc, et sculpté en bijoux très couteux.

    En 1990, tout commerce de parties de l'éléphant, défenses comprises, a été interdit. Depuis, l'éléphant est inscrit à l'Annexe 1 par la CITES (convention internationale). Beaucoup d'associations, comme la WWF, continuent de lutter contre ce trafic qui perdure, malheureusement. 

    Pourtant, beaucoup de décisions ont été prises afin d'arrêter ce commerce illégal : les défenses saisies sont détruites, et des gardes spécialisés patrouillent dans les parcs nationaux pour protéger les éléphants des braconniers.

     

    Ivoire "végétal", la solution ?

    Le tagua, fruit d'un palmier en Amérique du Sud a l'apparence et la consistance de l'ivoire. Beaucoup de pays le commercialisent déjà. Cela pourrait-il sauver les pachydermes ? Espérons-le.

     

    Victime de la déforestation

    Les éléphants, d'Asie notamment, sont victimes de la déforestation (par exemple en Inde) qui les oblige à faire de nouvelles migrations de plus en plus périlleuses. Résultats, on recueille de plus en plus d'éléphanteaux ayant perdu leur mère, exemple dans "l'orphelinat" de Sri Lanka.

     

    Une solution idéale ?

    En Afrique  un éléphant sur cinq vit dans un parc national où il est considéré comme à l'abri des braconniers. De ce côté, cette solution paraît positive mais il y a un inconvénient majeur : ces parcs sont trop petits pour que les éléphants entreprennent leurs grandes migrations auxquelles ils sont habitués. Isolés, les éléphants ne se rencontrent pas et la reproduction est de plus en plus difficile.

    Heureusement, une solution va peut-être voir le jour : des scientifiques projettent de créer des "couloirs de migrations" pour relier certains parcs nationaux entre eux.

     

     

    Ensemble, protégeons les éléphants ! 


    2 commentaires
  • A la poursuite de notre cousin éloigné ...

    L'ORANG-OUTAN

     

    MAI : l'orang-outan

     

    Sa famille 

    Il existe deux espèces : celle de Bornéo et celle de Sumatra ; elles se ressemblent pour leurs habitudes de vie, on les distingue surtout à leur pelage... A Bornéo, les singes ont un pelage roux, plus foncé que leurs compagnons de Sumatra qui ont un pelage très orangé. Pour les détails, le visage de l'orang-outan de Bornéo est très arrondi, contrairement à celui de Sumatra qui est très allongé. Des scientifiques ont fait des recherches sur le nombre d'orangs-outans et il n'y aurait plus que 300 populations, dont 3 sous-espèces... :  

    • Pongo pygmaeus wurmbii : c'est la sous-espèce la plus grande, elle vit au sud de l'île de Bornéo.
    • Pongo pygmaeus morio : c'est la plus petite des sous-espèces, et elle est répartie plutôt à Sabah et dans le Kalimantan de l'Est.
    • Pongo pygmaeus pygmaeus : elle vit dans le Kalimantan occidental et dans la région du Sarawak.

     

     

    A quoi ressemble t-il ?

    Une caractéristique des Pongidés : il n'a pas de queue. Avec son corps massif, son ventre "en relief", c'est un singe anthropoïde aux joues charnues et dont les très longs bras d'environ 2 m lui servent à passer d'une branche à l'autre. Il a une tête allongée et des yeux petits et rapprochés. Son museau forme une bosse car il est avancé par apport au reste de sa tête. D'un roux flamboyant, son pelage est clairsemé sur le ventre mais est plutôt épais et long sur le reste du corps, ce qui lui donne un manteau imperméable.

     

    INFO +

    L'orang-outan possède des jambes courtes, donc faibles, ne pouvant soutenir longtemps le singe debout. Voilà pourquoi il ne marche pas comme nous, les humains ! Mais ses pieds larges et plats ainsi que son pouce lui permet un équilibre (trop) facile sur les branches !

     

    Solitaire

     Il vit isolé ou en petits groupes et passe son temps accroché à une branche. Il est moins connu que les autres singes car très discret. C'est aussi le seul singe vivant en Asie (les autres sont en Afrique).

     

    Le saviez-vous ?

    Seul pongidé à vivre quasi-exclusivement dans les arbres, l'orang-outan est un arboricole frugivore avec un cerveau développé. Comme l'homme, l'orang-outan se sert de ses mains pour préparer la nourriture en enlevant la peau des fruits. D'ailleurs, son nom vient du malais et veut dire "homme de la forêt". Même si de tous les singes, l'orang-outan est le plus éloigné de l'homme, ses gestes troublants nous semblent très humains...

    Comme nous, lors d'une pluie, l'orang-outan s'abrite sous une feuille...qui ressemble fort à notre parapluie !

     

    Incroyable, mais est-ce vrai ?

    Sujet de nombreuses légendes, l'orang-outan saurait parler mais se tairait par sagesse pour ne pas travailler, selon les japonais ; mais selon d'autres tribus, serait aussi un humain changé en animal suite à un sacrilège...

     

    Reproduction

    Les orangs-outans se reproduisent toute l'année. Ils construisent leur nid rapidement avec des branches, des lianes et le recouvrent d'un toit de protection ! Une femelle, après une gestation de 275 jours, peut avoir 3 ou 4petits pendant sa période de fertilité. Après leur naissance, les petits s'accrochent au poil de leur mère et la lâchent rarement !

     

    En danger !

     L'orang-outan est victime du braconnage, de la déforestation et des trafics : il est vulnérable. Il y a un siècle, 230 000 orangs-outans vivaient dans l'harmonie. Maintenant, à cause de l'homme, il n'en reste plus qu'environ 45 000.

    Pourtant, il a toujours été chassé, il a toujours survécu pendant 40 000 ans. Tout ça, sans extinction, sans baisse de sa population... Même si avec l'arrivée du peuple Dayak, il a été beaucoup plus chassé (car considéré comme un met de choix, ainsi qu'ayant des substances pouvant servir à la médecine), sa population n'a pas été mise en péril. 

    L'extinction progressive est un problème récent. Il est dû à la chasse inhumaine des orangs-outans, qui est considéré comme un "superbe objet de déco" pour enrichir les musées ou des collections de particuliers. Il est aussi capturé comme étant un animal de compagnie.

    En plus, la déforestation ne lui est pas favorable car il n'a plus d'habitat. Sa petite maison est remplacée par des plantations d'huile de palme (cultivée pour le Nutella®, par exemple). Ces millions d'hectares envolés, l'orang-outan ne trouve plus assez de nourriture et tente parfois de s'aventurer dans les plantations à ses risques et périls...

     

    Pour les protéger

    Il faudrait :

    • étendre la superficie des zones protégées + en créer des nouvelles.
    • créer des "couloirs verts" entre les différentes aires de vie des orangs-outans car s'ils sont isolés, il y a un risque de mort quand un orang-outan passe d'un territoire à l'autre.

     

     

    Île de Bornéo

    Là-bas, il fait 20° C la nuit, 30° C le jour et les arbres sont toujours verts. C'est une vaste zone forestière qu'il faut protéger pour sauver sa biodiversité ! La déforestation la détruit de plus en plus...

    80 % de la forêt déboisé, parti en fumée ces 80 dernières années.

       URGENCE !!!

    Le peuple de Dayak est aussi touché, pourtant c'est un peuple respectant et protégeant la forêt, car il en est dépendant ! Respecter ce peuple indigène est le secret de la conservation de la nature.

    Aussi pour conserver cette forêt, comme nous le signale l'association WWF, il suffit de protéger sa conservation pour sauver la biodiversité ainsi que la population variée sur l'île de Bornéo ! Un peu d'efforts...

     

    L'action du WWF

    orang-outan-action

    • Conservation de l'habitat
      « Nous travaillons à la bonne gestion des zones protégées et des paysages forestiers connectés par des couloirs sur les îles de Bornéo et Sumatra. »
       
    • Promotion de l’exploitation forestière et l’agricole durable
      « Notre action dans le cadre de la fabrication de produits de base- incluant les produits forestiers et l’huile de palme – contribue également à la protection et la conservation des habitats majeurs sur les deux îles ainsi qu’à la diminution des conflits entre Homme et singe. »
       
    • Arrêt du commerce d’animaux
      « Le WWF travaille avec TRAFFIC (réseau de surveillance du commerce d’animaux sauvages) à aider les gouvernements dans le renforcement des restrictions sur le commerce d’animaux vivants et de produits issus de l’orang-outan. »

     

     Commerce vraiment interdit ?


     

    TRAFIC !!

    L'enfer d'un orang-outan

    Un petit est acheté 10 € en forêt mais revendu 1000 fois plus cher. Comme toutes les mères n'abandonnent jamais son petit, elles sont tuées.

     

    Pourtant depuis 1975, la CITES (convention internationale) interdit le commerce. Mais malheureusement la déforestation facilite le trafic.

    Dès qu'on arrête un trafiquant, on confisque les orangs-outans trouvés. Ils sont confiés à un centre, où ils vont peu à peu se réhabituer à la vie sauvage, avant d'être relâchés sur un site protégé. Si un petit a été séparé de sa mère entre 18 et 24 mois, il a déjà appris beaucoup de choses donc il est relâché rapidement... Mais malheureusement, parfois un petit est arraché très jeune à sa mère et il faut tout lui apprendre, même grimper aux arbres ! Cet apprentissage peut durer 2 ans.

    Un orang-outan capturé ne retrouvera jamais sa famille.

    Un orang-outan qui a été aux mains des trafiquants est réintroduit dans une autre zone que les orangs-outans sauvages pour éviter que les espèces sauvages soient contaminées avec des virus des orangs-outans réintroduits (contractés chez les humains qui les ont soignés).

     Beaucoup d'associations font leur possible pour protéger ce bel animal, mais malheureusement, elles ne sont pas assez nombreuses... Nous avons besoin de votre aide, vous pouvez accomplir plus de choses que vous ne le pensez...

     

    Ensemble,

    PROTEGEONS

    L'ORANG-OUTAN !

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique